Au secours, ma compta est dans les nuages

Ou pourquoi utiliser ou ne pas utiliser le Cloud pour ses données métier

cloudChef d’entreprise s’aventurant dans le Cloud

Lors d’une discussion avec un de mes amis jeune et dynamique chef d’entreprise dans les telecom, je lui ai parlé de nos solutions de saisie de rapport en ligne, et sa réponse a été « Ah non, si c’est dans le Cloud, je refuse! ». Un client m’a dit un autre jour « si c’est dans le Cloud, c’est super! ». Le seul point commun est que dans mon argumentaire, non seulement le cloud n’était pas le sujet, mais en plus je n’ai même pas cité le mot.

A l’instar de Web 2.0 ou de Big Data, le mot Cloud est sur toute les lèvres et est employé à toutes les sauces. De Microsoft à Sales Force en passant par SAP, Google, Apple, Amazon, tous proposent des services de stockage sur le Cloud ou des applications en mode SaaS (service à a software), allant jusqu’au logiciel personnalisable dans le cas de Sales Force. Mon intention est donc ici de rationaliser le débat et de percer le brouillard pour expliquer les caractéristiques, avantages et inconvénients fonctionnels des différentes solutions d’hébergement de vos données, Cloud y compris.

Avant tout, réponse à la première des questions : qu’est-ce que le Cloud? Je ne me substituerai pas ici à Wikipedia, qui possède d’ailleurs un très bon article sur le cloud ici. Vous constaterez d’ailleurs en le lisant que la notion de Cloud Computing ne date pas d’hier. Je vais plutôt prendre le mot de Cloud dans l’acception globale et indiquer les différences entre une application métier locale, une métier application hébergée sur un serveur et une application métier Cloud.

L’application locale est une application que vous exécutez à 100% sur votre ordinateur. Prenons par exemple Excel : c’est une application qui charge un fichier présent sur votre ordinateur ou sur un ordinateur de votre réseau et qui effectue les calculs en utilisant les ressources mémoires et processeur de votre ordinateur : si celui ci rame, Excel rame.

Pour une application métier hébergée sur un serveur, vous récupérez sur votre ordinateur des données stockées à distance, et les calculs sont effectués par le serveur distant. Ce serveur est clairement identifié, c’est un (ou plusieurs) support(s) physique(s) situé(s) à un endroit précis. Cela permet à plusieurs personnes de synchroniser et de mutualiser leur données.

La grande différence avec un service Cloud (Microsoft, Google, Sales Force ou autre) est que vous ne savez ni où sont précisément les données, ni qui effectue les calculs, et cela n’a de plus aucune importance! Vous n’avez qu’un point d’entrée défini, et le fournisseur s’occupe du reste, en vous garantissant une efficacité et un niveau de service constant.

Maintenant quid de ces solutions pour des données métiers, qui sont sensibles pour votre entreprise?

Dans un premier temps, j’aimerais tout de suite démolir une idée préconçue, qui est que conserver des données chez soi est plus sécurisé que de les avoir chez un hébergement professionnel. Cette idée vient de l’argument en apparence valable  que les données stockées sur un cloud ou sur un hébergeur professionnel sont accessibles par un point d’entrée public du Web, donc à priori plus simple à trouver et surtout plus tentantes pour un hackeur. Les photos de célébrités dénudées qui ont été extraites du Cloud Apple sont des exemples typiques (même si l’erreur de sécurité ne vient pas d’Apple, j’écrirai un article dans quelques semaines à propos de la sécurité).

Même en prenant en compte cet argument, pour être au minimum aussi sécurisé qu’un (bon) hébergeur professionnel, il faut prendre toutes les précautions qu’il prend : sécurité contre le vol, les incendies, les coupures de courant et les hausses de température, réplication et sauvegarde régulière des données, mise à jour des sécurités logicielles, pares feu… Au contraire donc, si vous voulez la sécurité, ne conservez pas votre application chez vous ou mettez en place des infrastructures complexes et coûteuses.

Maintenant quels sont les avantages de stocker des données sur le Cloud, ou d’utiliser les nombreuses applications accessibles en mode SaaS :
accéder à vos données de partout : dès que vous avez du réseau, vous avez un point d’entrée qui vous permet d’accéder à votre application ou à votre site. Si vous donnez un accès à quelqu’un partout dans le monde, il pourra accéder à vos données aussi facilement que vous (remarquez bien que ce côté n’est pas forcément très positif).
profiter des mises à jour d’une application immédiatement : quand une application cloud est mise à jour et propose des nouvelles fonctionnalités, celles ci sont disponibles pour tous les clients du Cloud. Pas d’installation, pas de frais de licence, le vrai plug and play.
mutualiser les ressources et lisser les coûts : par rapport à posséder un hébergement dédié, l’accès à un Cloud est moins cher (voir gratuit), l’investissement de départ nul, et les coûts d’utilisation et de licences fixes.

Maintenant sortons un peu du tableau idéal de ce type de solution pour parler de l’inconvénient principal : vous ne savez pas où vos données sont stockées. Quand les données sont stockées chez vous, vous avez le support sur les yeux; quand les données sont stockées chez un hébergeur dédié, il peut vous fournir un support avec des données voire si la machine vous appartient vous la rendre.

Ce que cela implique :
la non garantie de l’intégrité des données : aucun des grands du marché, même ceux qui proposent des contrats de SLA très précis ne garantit l’intégrité des données. Il est ici nécessaire de tempérer le caractère catastrophiste de ce que j’écrit ici : l’accord est beaucoup plus tacite, c’est un accord de réputation. Google, Amazon ou Microsoft n’a aucun intérêt à ce que vos données disparaissent, mais cela relève plus de la publicité mensongère que de la rupture de contrat.
la non maîtrise de l’existence ou non d’un fichier : quand vous supprimez un fichier ou une données sur le cloud, la suppression est dans un premier temps en tout cas logique (ce qui veut dire que la données est toujours physiquement disponible). Ceci veut dire que contrairement à quand vous posez un aimant sur un disque dur, quand vous supprimez un fichier sur un espace de stockage Cloud, vous ne savez pas quand celui ci sera réellement supprimé, ni même s’il l’a été.
des difficultés en cas de perte de service : les données peuvent être toujours présentes sur les serveurs mais le service non accessible, ce qui entraîne tout autant une perte des données pour votre entreprise. L’exemple de MegaUpload et de sa fin brutale est très parlant, mais on peut aussi imaginer une coupure de service pour raison de coupure réseau entre deux pays (matérielle ou diplomatique), etc…
Tout ceci signifie que la conservation (et la confidentialité, CF cet article de mon directeur technique) de vos données métier dépend donc de paramètres que vous maîtrisez beaucoup moins.

En conclusion, concernant vos données métier sensibles, je ne suis pas un amateur du « tout chez moi », et malgré mon métier je ne suis pas non plus un ayatollah de l’hébergement dédié. Par contre l’utilisation d’une application Cloud implique une réflexion en amont sur un plan de sauvegarde et de récupération régulière des données présentes en ligne.

En clair, si vous envoyez votre entreprise dans les nuages, prévoyez une piste d’atterrissage et un parachute !

Une réflexion au sujet de « Au secours, ma compta est dans les nuages »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>